Accidentologie : chiffres 2015-2016

L’accidentologie de la saison 2015-2016
Point d’étape à la fin mars 2016 (donc à un peu plus de la mi- saison).
Au 30 mars 2016 : 252 accidents recensés.
Répartition femmes/hommes
45,24% de femmes pour 54,76% d’hommes ont déclaré un accident : à cette même date, nos licenciés comportent 42,17% de femmes pour 57,83% d’hommes. Nous vérifierons en fin de saison que cet écart n’augmente pas car nous devrions alors nous interroger sur la sécurité dans la pratique féminine.
  Répartition des 373 accidents de la saison 2014-2015 par activité
Nous attendons la fin de la saison pour observer si des tranches d’âges sont plus concernées que d’autres par l’accidentologie tant chez les hommes que chez les femmes (l’adolescence est-elle une période particulièrement exposée ?).
Quel type de pratique ?
  Répartition par âge
Les accidents en compétition
Parmi les 25 accidents en compétitions (10% des accidents déclarés), 20 concernent l’escalade, 3 le ski-alpinisme, 1 en ski de piste et le dernier s’effectue lors d’une course à pied nocturne.
Sur les 20 accidents en compétition d’escalade, 19 se sont déroulés en compétition de bloc et un en compétition de difficulté. C’est somme toute logique compte-tenu de l’organisation de la saison compétitive.
Parmi les 19 accidents de compétition de bloc, on relève :

  • 12 accidents avec des mineurs (le seul accident à corde concerne également un mineur) ;
  • 3 accidents sont décrits pendant les phases finales ;
  • Des accidents dont les conséquences auraient pu être très graves dont 2 qui décrivent un mouvement de ballant depuis le haut d’un bloc entraînant une chute « en vrac » dans le tapis ;
  • Une fracture de vertèbre, 1 fracture du bras, 2 luxations, 5 entorses dont une des vertèbres cervicales ;
  • 1 accident dû à une mauvaise réception entre 2 matelas ;
  • 2 accidents avec chute sur un autre participant…

Compte-tenu de ces accidents, une réflexion visant à réduire l’accidentologie en bloc s’engage. De manière à améliorer la sécurité en compétition de bloc, un courrier a été envoyé à tous les chefs ouvreurs. Merci de prendre connaissance de ces dispositions.

Répartition par activités
En cette première moitié de saison, la répartition s’effectue ainsi :
  Répartition par sexe
Parmi les 7 accidents de randonnée de montagne, 3 ont eu de graves conséquences : 2 décès et 1 fracture du bassin. Ces 3 sinistres nous rappellent que les conditions météorologiques transforment des courses faciles en courses délicates.

L’un des accidents mêlait pratiquants débutants et pratiquants confirmés : dans cette situation, attention nous avons tendance à tirer les débutants vers le haut, oubliant qu’il faut prendre du temps pour que chacun maîtrise les éléments de base de sa sécurité…

Sur les 17 accidents de ski-alpinisme, 6 ont entraîné une fracture (4 à un membre inférieur et 2 à un membre supérieur) : ces 6 fractures concernent des femmes. Les autres accidents sont des entorses, des traumatismes légers et une luxation. Tous les accidentés sont des personnes majeures : 11 femmes et 6 hommes (ces informations interpellent sur la pratique féminine). Enfin, fin mars, aucun accident n’est causé par avalanche.

 

 

 

 

 

 

« C’EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ NOUS » DERNIEREMENT
  • Chute en tête avec corde entre les dents malgré les consignes. On ne le dira jamais assez : mieux vaut éviter la corde entre les dents…
  • En phase d’échauffement, un jeune du groupe est tombé sur la jambe d’un autre jeune alors debout sur le tapis en bas de la voie.
  • Escalade en moulinette, arrivé en haut de la voie (11 mètres), le grimpeur et l’assureur se sont mis d’accord pour un « vol dynamisé ». L’assureur a laissé filer la corde dynamiquement et quand il a voulu freiner, sa main s’est coincée dans le système d’assurage (type seau ou plaquette). Sous la douleur, l’assureur a lâché la corde et l’a récupérée au-dessus du frein : chute au sol du grimpeur de plus de 5 mètres.
  • Lors d’une chute en bloc, le grimpeur ne s’est pas aperçu que son alliance s’est accrochée à une vis apparente située sur une prise : amputation du doigt de la main. Responsables de club, initiateurs, moniteurs… rappelez aux grimpeurs et grimpeuses, d’ôter leurs bijoux avant de grimper. Demandez à ce qu’on vous signale une vis qui dépasse pour corriger le problème. Enfin demandez à vos ouvreurs et ouvreuses de soigner leur visage.
ACTUALITÉS
Comportements, antécédents d’accidents et perception du risque
Cécile MARTHA, maître de conférences des universités en STAPS à l’université d’Aix-Marseille, nous fait part des résultats d’une recherche relative à la perception du risque en escalade. Les conclusions qu’elle en tire pourraient se résumer à l’aide du schéma :
Lettre sécurité

Toutes les infos sur la
LETTRE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ N°3 de la FFME

Publicités